image de fond

Objectifs du programme

Le M2 se caractérise par sa formation pluridisciplinaire, certes centrée sur le droit, mais associant l’économie, la gestion, le management et les techniques d’animation et de coordination des actions de développement à la base.
Ceci dans une optique de préparation à une insertion professionnelle réussie dans les services publics et le secteur privé en Afrique, dans les organisations internationales à compétence générale ou spécialisée, les sociétés étrangères établies en Afrique, en relations d’affaires avec l’Afrique, ou y exerçant des activités de prestation de services marchands, et les ONG présentes sur le continent.

Il répond à des besoins importants et bien ciblés dans leur diversité, considération prise du caractère global des projets de développement économique et social, tant dans leur dimension publique et privée que sous le rapport de l’articulation interne/international.
Le contenu de la formation vise à permettre l’acquisition par des étudiants ou des professionnels provenant d’horizons disciplinaires ou de secteurs d’activités variés, de capacités et de compétences en Administration publique du développement et en gestion administrative de l’activité privée, en gestion et management d’organismes publics et privés de développement, ainsi qu’à stimuler l’esprit d’initiative pour la création d’organismes privés à but lucratif ou non lucratif (sociétés, associations, fondations,...), instruments de production directe et/ou de mobilisation des énergies et des ressources en vue d’élever le niveau de vie et d’emploi dans les bassins locaux d’intervention.

Cette formation se distingue aussi d’autres Masters professionnels tertiaires délivrés par l’URCA par sa flexibilité et la spécificité de son champ de valorisation professionnelle, d’ailleurs unique en France, et en ce qu’elle vise à donner aux futurs diplômés un outil technique d’insertion professionnelle réussie au moyen d’une formation polytechnique de qualité leur permettant de s’adapter rapidement et efficacement au marché du travail et de l’emploi, par la création d’une entreprise individuelle de production ou de prestation de services, l’accès à des emplois d’encadrement supérieur à fort contenu évolutif dans les grandes administrations publiques de l’Etat et des collectivités locales, dans les Organisations internationales, les sociétés étrangères ou transnationales et les organisations non gouvernementales.

En raison de la diversité des publics, des enseignements de mise à niveau en Droit et en Gestion sont insérés dans les UE du semestre 3.
Par sa polyvalence, cette formation développe par ailleurs la capacité de dialoguer avec des spécialistes de différentes disciplines, l’aptitude à traiter des problèmes dont la résolution requiert la maîtrise de savoirs multiples et la capacité à s’adapter à l’évolution inéluctable des fonctions ou à la mobilité de l’emploi et de l’activité productive.
Localisation géographique possible pour ce Master :
  • Reims


Pour toute information complémentaire, vous pouvez vous référer au site Web de la composante en cliquant ici.

Compétences à acquérir

Le M2 CSAAF associe 2 grands pôles de compétences comme autant d’ouvertures professionnelles qu’il sera loisible aux diplômés de sélectionner dans leurs parcours professionnels : « ingénierie administrative, coopération décentralisée et développement à la base » et « appui international au développement, commerce international, finance, banque, assurances »   Les compétences attendues couvrent ainsi un spectre très large :
  • Capacité à définir de façon concertée les enjeux, les objectifs prioritaires et les actions concrètes d’un projet intégré de développement local durable et de microprojets de secteur ;Montage de dispositifs efficaces de coordination de l’action des services publics impliqués dans l’élaboration et la mise en œuvre du projet ;
  • Capacité de dialogue avec les collectivités locales étrangères et/ou les ONG et fondations partenaires ;
  • Maîtrise des techniques de calcul des coûts, des études d’impact, et de recherche de financements ;
  • Maîtrise du droit applicable à l’ensemble du processus de l’opération dans ses différentes dimensions et implications ; veille juridique ;
  • Maîtrise de l’outil de pilotage permettant à l’autorité supérieure et aux partenaires de suivre les actions et d’en évaluer les résultats ;
  • Maîtrise des techniques de sensibilisation et de management des cadres et des populations cibles (pratique de l’entretien individuel, réunions d’information, animation de groupe, conseil…)
  • Maîtrise des techniques de l’organisation et de l’action administrative interministérielle (animation et conduite de réunions ; capacité d’écoute, d’arbitrage, de conciliation et de synthèse ; rédaction de comptes rendus, de circulaires, de lettres de mission, de notes techniques d’information, de contrats ; présentation de bilans,…).
  • Bonne connaissance des institutions internationales et européennes, des acteurs privés des relations internationales, des collectivités territoriales notamment françaises, identification claire des différents rôles dans une opération de développement local intégrée et connaissance de leurs cadres et procédures juridiques d’intervention ;
  • Capacité à évaluer la crédibilité, la faisabilité et l’impact global des politiques publiques, des projets de développement intégré et des microprojets ;
  • Identification et maîtrise juridique des circuits commerciaux à l’exportation des produits nationaux et à l’importation des produits et services directement ou indirectement nécessaires à la réalisation des projets et à la croissance en général ;
  • Capacité de montage de dossiers de subvention destinés aux collectivités territoriales étrangères et aux institutions internationales chargées d’actions de développement ;
  • Élaboration de projets de développement local intégré et de microprojets en correspondance avec les buts et l’offre d’intervention des ONG, des Fondations et des banques ;
  • Sécurisation juridique des opérations de banque, finance et assurances entreprises à l’appui de projets de développement local et de microprojets ;
  • Rédaction de rapports d’étude, de contrats, de bilans d’activité, etc.

Modalités pédagogiques

Les enseignements sont dispensés sous forme de cours magistraux et/ou de travaux dirigés et/ou travaux pratiques en présentiel.

Contrôle des connaissances

Les modalités de contrôle des connaissances sont portées à l'attention des étudiants dans le mois suivant la rentrée universitaire.

Fiche modifiée le : 20-06-2017
Année universitaire 2017 / 2018
Document non contractuel sous réserve d’accréditations, de modifications et d’ouverture